Langage: NARRAMUS – La sieste de Moussa

Narramus1   Narramus3   Narramus2  Narramus4   Narramus7
Je souhaite vous présenter un outil que nous venons d’exploiter dans les 3 classes de mon école, de la MS au CP: NARRAMUS, La sieste de Moussa (Editions Retz).
Si je devais qualifier cet outil d’un mot, le premier qui me viendrait à l’esprit serait « FABULEUX ». Le second serait sans doute « INCONTOURNABLE »!
Les enseignants peuvent désormais disposer d’un support extrêmement précis dans sa conception, immédiatement exploitable et très efficace quant aux objectifs visés (langage, lexique, compréhension, lien avec les familles). Si vous utilisez cet outil en classe, vous verrez rapidement comment les élèves apprennent à raconter l’histoire avec aisance, de manière autonome, en utilisant un vocabulaire qu’ils se sont approprié avant la découverte du texte lui-même. Les enfants peuvent également raconter l’histoire à la maison, en apportant le matériel utilisé en classe (maquette, images, masques, album).
Je vous propose une présentation de cet outil à l’aide de vidéos qui vous montreront des exploitations concrètes réalisées en classe de MS-GS (15  courtes vidéos, 40 mn au total).
Pour en savoir plus sur cette ressource, vous pouvez consulter les liens au bas de l’article.
La conférence de Sylvie Cèbe répondra notamment à toutes vos interrogations.

 

Narramus10   Narramus12   Narramus11   Narramus13   20171211_104547
•Les auteurs/les scénarios:
créée par Sylvie Cèbe et Roland Goigoux, la collection Narramus propose des exploitations d’albums, de la PS au CP, dans l’objectif d’apprendre aux élèves à comprendre et d’apprendre à raconter. Le premier scénario est celui de la Sieste de Moussa, proposé pour des élèves de MS et GS.
(Dans notre école, l’enseignante de GS-CP a également utilisé ce scénario avec ses élèves de CP en début d’année scolaire, en complexifiant certaines tâches et en ajoutant la production d’écrits. Elle en a été ravie!)
Un autre scénario est désormais proposé aux GS-CP: « Les deniers de Compère Lapin ». D’autres scénarios suivront dans les mois prochains. Nous en attendons la parution avec impatience!
•Le contenu: chaque scénario contient: un guide pédagogique (très bien construit, détaillant chaque séance), un CD-Rom et l’album de jeunesse à exploiter. C’est un outil clé en main et de qualité pour les enseignants!
Il a été testé/évalué auprès de 6000 enseignants. C’est ce va-et-vient recherche/terrain qui semble être la clé de cette réussite. L’outil, fonctionnel et pratique, permet d’atteindre les objectifs de langage recherchés.
•Matériel: il est clairement préconisé de fonctionner avec un vidéo-projecteur. (A cause de problème de luminosité, nos vidéos-projecteurs ne sont que rarement utilisables à ce jour. Nous avons donc projeté les images/le texte sur l’écran de l’ordinateur du coin regroupement. Cela a bien fonctionné car l’écran est de taille suffisante (type écran télé). Toutefois, il est évident que la projection au tableau aurait été bien plus judicieuse.)
Sur le CD-Rom, les images sont prêtes à être imprimées et plastifiées. Il reste à préparer les personnages et la maquette, absolument indispensables.
Pour commencer une séance, il suffit de suivre le déroulement du CD-Rom et de cliquer sur les images, le texte ou les pictogrammes qui s’enchainent selon le déroulé décrit dans le guide. Rien ne vous empêche toutefois d’adapter le matériel en fonction du déroulement que vous souhaitez donner à vos séances. Rien n’est figé.
De notre côté, les seules adaptations que nous avons apportées concernent le découpage et la durée des séances, ce qui était d’ailleurs suggéré dans le guide. Pour le reste, nous avons suivi la plupart des conseils et suggestions que l’on y trouve.
Indication technique: ne collez pas la photocopie de la couverture du livre sur la boite-mémoire. Les élèves voient l’éléphant et cela peut les orienter sur la suite ou les induire en erreur. Collez simplement Moussa et le titre de l’album.
•Prise en main par l’enseignant: le guide pédagogique vous… guide parfaitement! Il est bien entendu nécessaire de le lire attentivement avant utilisation afin de s’approprier la démarche et les objectifs/étapes de chaque séance. Après les 2 premières séances, pendant lesquelles on tâtonne bien sûr un peu, la prise en main devient facile, presque naturelle. Certains rituels s’installent, permettant aux élèves comme aux enseignants de s’approprier les contenus et la démarche.
Lors des premières séances, j’avais placé le guide ouvert près de moi et surligné les étapes importantes. J’ai expliqué aux élèves que j’avais besoin de lire à certains moments afin de ne rien oublier.

 

Narramus4 Narramus6 Narramus8 Narramus9•S’approprier le vocabulaire: les auteurs proposent de prendre d’abord connaissance des mots qui pourraient être un frein à la compréhension du texte. Aussi, tout est prévu pour que les élèves se familiarisent avec les mots qu’ils vont rencontrer dans le texte qui suit: images, mises en scènes animées, boite-mémoire, petits exercices de ritualisation etc…
Nous n’avions jamais fonctionné de cette façon. C’est pour nous une véritable révélation!
Voici quelques activités qui permettent l’appropriation du vocabulaire. Je ne détaille pas plus par écrit mais vous les présente en vidéos: de la manipulation des cartes-images au mime!
Nommer le lexique en autonomie à l’école ou chez soi (Chloé GS):
Image de prévisualisation YouTube
Jouer à dire les mots, par 2:
Romane et Lorenzo (GS)
Image de prévisualisation YouTube
Anahis et Rafael (MS)
Image de prévisualisation YouTube
Nommer les mots et replacer le vocabulaire dans le contexte de l’histoire (MS):
Image de prévisualisation YouTube
Faire mimer les mots (MS):
Image de prévisualisation YouTube
Mimer un mot et le faire découvrir (GS):
Image de prévisualisation YouTube

 

Narramus25  Narramus28  Narramus29  Narramus30
•Comprendre le texte, mémoriser l’histoire et raconter seul:
un des objectifs de Narramus est d’apprendre à raconter. Grâce à l’étude du vocabulaire et aux différentes activités ritualisées qui permettent aux élèves de bien comprendre et de mémoriser le déroulement de l’histoire, ces derniers vont pouvoir raconter La sieste de Moussa seul ou à plusieurs, à l’école comme à la maison.
Lorsqu’ils le souhaitent, les enfants utilisent la maquette, les personnages mobiles et les masques pour jouer l’histoire. Des activités travaillées en groupe leur permettent d’apprendre à se mettre à la place des personnages (analyse du ressenti). Ils utilisent alors des tournures de phrases qu’ils n’ont pas entendues dans le texte lu: « Viens mon chat. Il y a une petite souris qui m’embête! » , « J’en ai assez, j’ai envie de dormir! » etc…
Charlotte (MS) raconte seule l’histoire jusqu’à l’arrivée de l’éléphant.
Elle anticipe la fin de l’histoire.
Image de prévisualisation YouTube
Chloé (GS) a emprunté la maquette chez elle. Le lendemain, c’est la première à
raconter l’histoire devant ses camarades (jusqu’à l’arrivée du lion).

Image de prévisualisation YouTube
Eléanore (GS) raconte l’histoire à l’aide de la maquette (un court passage filmé).
Ses camarades peuvent ensuite compléter son récit
.
Image de prévisualisation YouTube
7 élèves de GS jouent l’histoire ensemble – Théâtre (avec 1 narrateur et 6 acteurs)
Image de prévisualisation YouTube

 

 

 20180111_171628   20180111_171708   20180111_171731•Lien avec les familles: raconter l’histoire à la maison à l’aide du matériel de l’école!
Les élèves vont emporter chez eux le matériel pour raconter l’histoire, la jouer, la lire et dire les mots de vocabulaire. Une grande poche est toujours prête pour l’élève qui souhaite prendre le matériel chez lui. Elle contient: la maquette, les personnages mobiles, les masques, la boite mémoire avec les images plastifiées et l’album. Le tout doit être rapporté le lendemain matin ou au retour du week-end (à la fin du guide pédagogique, on trouve un mot explicatif à imprimer à l’attention des parents).
Les élèves ont été très enthousiastes à l’idée de prendre la maquette chez eux. Le retour fait par les parents a été très positif! Les élèves ont généralement joué l’histoire devant leurs parents (grands-parents…), qui ont parfois dû mettre les masques des différents personnages!
J’ai commencé le prêt aux élèves avant que nous ayons découvert la fin de l’histoire. J’ai rajouté les images, personnages et masques au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire (l’album n’a été prêté qu’à la fin). Avec 27 élèves, il vaut mieux débuter le prêt assez tôt.
La maquette (les personnages, plastifiés, sont fixés sur un légo Duplo avec du scotch):20180111_171708

 

•Vidéos bonus:
Charlotte (MS) explique le mot « terreur » (la nuit, à l’école, à… 00h02!  :-) )
Image de prévisualisation YouTube
Lou (GS) m’explique qu’elle va construire le livre de Moussa chez elle:
Image de prévisualisation YouTube
Romane et Lorenzo (GS) manipulent la maquette en autonomie:
Image de prévisualisation YouTube
Leila (GS) raconte seule l’histoire à l’aide de la maquette, pendant le temps d’accueil:
Image de prévisualisation YouTube
Charlotte (MS) range le matériel (maquette et personnages):
Image de prévisualisation YouTube
•Dessins (MS-GS):
20180111_172056 20180111_172106 20180111_172122 20180111_172140 20180111_172200 20180111_172208 20180111_172223 20180111_172231 20180111_172257

 

Narramus35 Narramus36
•Outil: le dictionnaire de La sieste de Moussa pour la production d’écrits (GS)

Version modifiable: ICI
Version PDF: ICI

 

•Liens pour accéder à des articles ou conférences:
-Conférence  Narramus: un outil pour apprendre à comprendre et à raconter (Sylvie Cèbe et Isabelle Roux-Baron, sur le site du centre Alain Savary – décembre 2017)
-Article du café pédagogique: Lecture: les effets prouvés de la méthode Narramus
-Extrait du guide pédagogique de La sieste de Moussa  ou à télécharger directement ICI
-Vidéo explicative du CD-Rom sur YouTube
-Page de l’éditeur Retz
Je vous souhaite de très belles aventures avec Narramus et vos élèves !
Un grand merci aux concepteurs de cette ressource.   :-)

 

(23898)

Share Button
Ce contenu a été publié dans La sieste de Moussa, Langage oral, NARRAMUS, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

27 réponses à Langage: NARRAMUS – La sieste de Moussa

  1. Karine k2 dit :

    Christine . Je te remercie de nous présenter cet outil .
    J avais très envie de me lancer car la conférence et les articles m avaient convaincus lors de sa présentation .
    Me voilà entièrement convaincue d investir .
    Je me lance donc et il me tarde de découvrir les nouvelles parutions de la méthode .

    Merci

    Karine

  2. Anne Garro dit :

    Merci ! Chez nous aussi, les enseignant.e.s qui se sont lancé.e.s sont ravi.e.s !

  3. valentin dit :

    Bonjour,
    Je confirme , c’est un outil INDISPENSABLE!! En tant que PMQC, j ‘ai testé avec ma collègue sur une classe de CP, la connaissance précise de l’histoire, du vocabulaire, des structures syntaxiques a permis aux élèves de s’engager dans un travail de production d’écrit . Nous testons bientôt la version CP !!

  4. CC dit :

    MERCI ! Je suis en plein dedans. Avec cet outil, TOUS les élèves sont impliqués, on ne se moque pas de nous ! Tout est à garder. Les enfants sont actifs tout au long de la séance. J’ai noté la mise en mémoire des mots. C’est tellement simple et efficace. Ma grande difficulté a été de faire comprendre les états mentaux des personnages. J’ai ramé. Les histoires n’ont pas été choisies au hasard… Pas facile au début pour les enfants et pour moi de les faire accéder à cette étape.
    Je pense aussi que d’un enseignant qui sait bien raconter des histoires avec des détails à un autre qui va à l’essentiel, on n’aura pas le même résultat, non ? Cet ouvrage nous fait réfléchir, j’ai déjà un autre oeil sur ma pratique.

    • Christine dit :

      Tu as raison, accéder au ressenti des personnages est une des étapes les moins simples au départ.
      Et pourtant, c’est une des activités que j’ai trouvée la plus intéressante!
      Dans notre école, nous travaillons depuis plusieurs années sur les émotions, donc ça aide quand même beaucoup.
      Ce qui est juste un peu complexe c’est de faire comprendre aux élèves le type de démarche qu’on attend d’eux. Une fois qu’ils ont compris avec des exemples, ça roule déjà beaucoup mieux! :-)

  5. Pizy Maud dit :

    Je trouve ça vraiment super. C’est un très beau projet. Lou m’ en parle encore et continue d ‘ecrire son livre. C ‘est un bon exercice pour développer l’ imagination et un bon travail sur la memoire. Bravo!☺

  6. Sandra dit :

    Bonjour,
    Je vous remercie de partager vos ressources et expériences. Je prépare le concours et cela me permet de mieux appréhender le fonctionnement et les enejux d’une classe de maternelle ! Bravo pour votre travail !

  7. Cadeline dit :

    Pas de vidéo projecteur chez nous Dommage car c’est très intéressant. Merci pour ton partage Christine

  8. isa 57 dit :

    Bonjour Christine,
    Merci beaucoup pour ce bel article. J’ai acheté le support à sa sortie car les vidéos de présentation m’ont beaucoup plus, mais en recevant le support (très complet) j’ai trouvé que l’histoire était tellement décortiquée que j’ai eu peur que les enfants se lassent ou n’accrochent pas avec le concept et qu’il n’y ait plus le plaisir de l’histoire.
    De plus j’ai une gs/cp et j’attendais la sortie de compère lapin pour me lancer. Mais ton article et tes vidéos (avec des élèves heureux) me donnent de nouveau envie te tenter l’expérience. N’est-ce pas trop chronophage? Combien de temps as tu passé sur l’album, combien de séances par semaine? Et ta collègue de CP?
    Merci vraiment de tout tes partages.

    • Christine dit :

      Bonjour,
      Tu as raison, l’histoire est très décortiquée, et ça m’a également questionnée en lisant le guide.
      Lors de la première séance, j’ai expliqué aux élèves que nous allions procéder d’une manière différente.
      Au bout de quelques séances, quand on a découvert le début de l’histoire et les premiers personnages, les élèves (et l’enseignant) s’habituent au fonctionnement.
      Je peux confirmer qu’ils ont pris beaucoup de plaisir à travailler cette histoire (retour des enfants mais aussi des parents).
      Tu te demandes si c’est chronophage? Bien sûr qu’il faut vraiment y consacrer du temps, chaque jour. Mais je ne me suis pas posée la question dans un sens négatif.
      Le langage oral est la priorité de l’école maternelle, et Narramus répond à ces attentes.
      J’ai adoré prendre ce temps-là pour y travailler. J’y ai consacré 5 bonnes semaines, une séance chaque jour, voir plus si on compte le mime en sport, le dessin des personnages, le langage écrit… Par contre, il faut adapter les séances proposés à son contexte de classe et ne pas hésiter à couper ces séances.
      Le travail avec la maquette et les personnages mobiles est extra!

  9. Véro dit :

    Bonjour, je retrouve dans vos vidéos le même enthousiasme et l’impressionnant réinvestissement des élèves que dans ma classe! Cet outil a un petit effet « magique » (même les enfants plus réservés entrent dans le jeu!).
    Avec un groupe d’enseignants de maternelle,nous nous interrogeons sur le comment évaluer avec Narramus… Rien de plus parlant que la vidéo ou les enregistrements sonores, mais pour tous les élèves cela paraît compliqué… Des pistes ou idées à nous soumettre? Comment avez vous procédé avec vos élèves?
    Merci pour vos partages si enrichissants… Je vous suis depuis plusieurs années déjà avec autant d’intérêt que nos enfants pour l’histoire de Moussa 😉 Bien cordialement

    • Christine dit :

      Bonjour! (et merci pour votre fidélité :-) )
      J’ai évalué le vocabulaire pour tous les élèves avec les cartes-images.
      Pour le « raconter », j’ai enregistré quelques élèves, filmé d’autres, j’en ai écouté certains. Mais j’avoue que je n’ai pas pu évaluer tout le monde.
      Il faudra que je m’organise mieux pour la prochaine fois :-)

      • Véro dit :

        Merci pour votre réponse ! Je pense aussi commencer par le vocabulaire avec les cartes-images, indispensable pour pouvoir aller plus loin… Je vais essayer de voir avec quelques parents d’élèves s’il leur est possible de filmer leur enfant à la maison quand ils raconteront l’histoire avec la maquette… Ce pourrait être un moyen d’avoir un retour concret de la situation finale de « l’exercice »… Bonne fin de journée :-)

  10. Marie dit :

    Bonjour
    merci pour tout. Ton site est vraiment une source d’inspiration pour moi. Je suis en MS.
    J’ai acheté Narramus et je comptais m’y lancer demain. Sauf que je ne sais pas très bien dessiner.
    Pourrais tu mettre à disposition le scan des personnages s’il te plait? D’autre part j’ai vu que tous les personnages étaient attachés à des duplos. Est ce que tu les as collé s’il te plait?
    Tu utilises la maquette et les personnages dès la première séance s’il te plait?
    Merci pour tout. Très bon dimanche.

    • Christine dit :

      Bonjour,
      Je n’ai rien dessiné, j’ai juste photocopié en couleur les personnages puis je les ai découpés, plastifiés et collés avec du scotch sur un légo Duplo. Il me semble avoir écrit cette explication dans l’article ou sur une vidéo.
      Pour l’introduction de la maquette, j’ai suivi scrupuleusement ce qui est dit dans le livret d’accompagnement.
      Un conseil: pour commencer Narramus, il faut vraiment avoir bien pris connaissance du déroulement suggéré par les auteurs et avoir le matériel prêt, notamment les images imprimées en couleur et plastifiées.

  11. Marie dit :

    Merci pour ce partage.Je compte me lancer avec ma classe(ms gs) à la rentrée.Mais je me demandais si ce n’était pas un peu tard dans l’année avec des gs?

  12. Zaubette dit :

    Je te remercie pour cette présentation complète (les vidéos, c’est vraiment extra!) qui me donne envie de me lancer à mon tour. Je vais sans doute travailler en classe entière avec mes GS-CP sur Compère lapin.
    Merci pour tout.

  13. bellante dit :

    Bonjour,

    Je trouve que votre site internet est une mine d’or !!
    J’ai pris beaucoup d’idées de votre site !
    Merci pour tout ce partage !

    J’avais une question concernant la production d’écrit, sous quelle forme l’avez-vous pratiquée ?

  14. walthert dit :

    Bonjour
    J’ai utilisé aussi « la sieste de Moussa ». Au début, j’ai cru que le vocabulaire était plutôt simple …j’ai été détrompée !
    Bonne implication de tou-te-s, nous avons réalisé les personnages etchaque élève est reparti avec sa pochette de personnages, le texte, un mot expliquant la démarche et encourageant les parents à (se) faire raconter l’histoire.
    En revanche, j’ai trouvé difficile de contrôler les récits de chacun-e et de donner le temps de raconter TOUTE l’histoire à un seul enfant pendant que les autres attendent pour compléter . Mais je suis ravie, je vais utiliser Compère lapin , j’ai fabriqué les animaux en tissu pour Le Machin …. j’adore la façon de procéder que j’essaie de transposer pour des albums que je souhaite travailler.Un grand merci/bravo à l’équipe Narramus, concepteurs, testeurs etc !

  15. Lau.v dit :

    Bonjour,
    Effectivement un super support très complet, très détaillé dans la lignée de ces grands frères Lectorino-Lectorinnette et Lector-Lectrix.
    Je l’ai utilisé en MS/GS sur un quart de temps durant une période sur 6 journées et 2 mercredis, école à la campagne.
    Les élèves ont accrochés dès le départ : ils ont adoré le travail sur le vocabulaire, raconter l’histoire (« j’ai fini » une révélation pour eux, savoir qu’ils ne seront pas coupés et les autres qui attendent pour compléter).
    Ils sont complètement rentrés dans la démarche et avaient plein d’idées dans les recherches d’hypothèses (idées des personnages, suite, etc).
    Ils ont bien retenu le vocabulaire et les retours des parents sont très positifs.
    Durant les temps d’accueil, une partie des enfants allaient spontanément utiliser le matériel : boite à mots, masques et maquette. Ce qui entrainait d’autres élèves curieux de voir leurs camarades l’utiliser.
    L’utilisation du vidéoprojecteur est vraiment en plus.
    A tester les yeux fermés!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *